Le pic de Cagire

06/01/2019 07:00

Le Cagire en janvier est une rando raquette. Mais là, avec l’hiver qui tarde à venir, la montée par le col de Menté s’est avérée une rando … d’été ou d’automne, vu les belles couleurs ors, ocres, ambres ou rousses. La descente du départ est un bon échauffement, puis une douce montée jusqu’à la cabane de Larreix, permettent de palabrer tout en avançant. A partir de là, le calme est de rigueur, car la pente est rude mais pas longue. Chercher le chemin est un exercice où chacun se déplace à sa guise.

Arrivée à un col où la plaine haut-garonnaise se dévoile … sous un voile de brume. Vision furtive d’un isard. Continuer jusqu’au col entre le pic Poque et le Cagire est tout aussi difficile. Puis la crête nous mène à notre but, en passant devant un gouffre. La plaine toulousaine est ennuagée. Pour nous, l’horizon est un défilé de pics et de monts connus, du fin fond de l’Ariège aux confins des Hautes-Pyrénées. Mont Valier, Estat, Crabère, Lezat, Crabioulles, pics du Gar et Saillant, Pic du Midi de Bigorre, Arbizon, toute la chaîne pyrénéenne sous nos yeux ébahis. A l’abri d’une petite brise, le repas est dégusté face à un paysage comme seules les Pyrénées peuvent nous en offir.

Le retour par le pic Poque et le Pas de l’Ane en une vertigineuse descente, libère les esprits pour savourer une superbe randonnée au soleil.

Et les gâteaux d’Annie, Estelle, Céline et Marie-Louise (j’espère n’oublier personne), ont été les bienvenus pour clôturer un vrai moment de loisir convivial.

 

Christian P.

 

PHOTOS

—————

Précédant